Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

francais

Français - Clavier des alphas

Publié le par Agnès

 

Ce "clavier" permet de travailler avec les alphas en ne sollicitant que très peu d'actions motrices (l'élève pointe les lettres en fonction des sollicitations de l'adulte), tout en travaillant la mémorisation de la place des lettres sur le clavier, dans la perspective d'une future utilisation d'un véritable clavier d'ordinateur.

L'élève que j'accompagnais travaillait avec le clavier, et de mon côté, je travaillais avec des lettres mobiles identiques, que vous pouvez également télécharger.

Le clavier et les lettres mobiles existent en plusieurs versions, de manière à pouvoir travailler également la transition alphas/lettres script. On peut travailler la transition d'un clavier à l'autre en positionnant des lettres mobiles nouvelle version sur le clavier ancienne version, de manière à ce que l'élève puisse retrouver les touches connues en soulevant simplement les nouvelles touches. Quand l'élève n'a plus besoin de soulever les lettres mobiles on peut basculer sur le nouveau clavier.

Voici les fichiers:

 

 

 

 

 

 

Publié dans Français, Lecture

Partager cet article
Repost0

Lecture - Les lettres en miroir: b/d et p/q.

Publié le par Agnès

Les lettres "b" et "d":

On fournit à l'élève des cartes sur lesquelles figurent la lettre "b" ou la lettre "d". L'élève doit identifier la lettre inscrite. Pour ce faire, on lui fournit deux fourreaux distincts dans lesquels il peut glisser la carte.

 

Si le fourreau est adapté, l'élève n'a plus qu'à lire la lettre capitale qui y est inscrite pour pouvoir donner sa réponse. Si le fourreau ne convient pas, il sort la carte et essaie avec le deuxième fourreau qui, lui, convient.

Après un certain nombre de manipulations, il est possible que l'élève puisse se contenter de regarder les fourreaux pour donner sa réponse, sans avoir à y introduire la carte. C'est une étape intéressante pour aller vers l'autonomie complète.

Voici les fichiers pour les cartes et les fourreaux:

À plastifier et à découper large dans un premier temps pour pouvoir ajuster au fourreau.

 

 

 

Et les explications pour la réalisation des fourreaux:

 

Les lettres "p" et "q":

Même principe, voici le fichiers:

 

 

 

Publié dans Français, Lecture

Partager cet article
Repost0

Lecture CP - Ulis avec les signes Borel Maisonny

Publié le par Agnès

Pour les personnes qui utilisent déjà les fichiers de cette page, j'ai fait quelques corrections sur les fichiers suivants: Référentiel sons lettres dans le matériel général

 et Imagier des sons b p d (1 mot modifié).

 

Les activités de cette page ont été conçues pour un élève ayant des troubles du neurodéveloppement, mais non autiste. Si vous les utilisez pour une personne autiste et que certaines adaptations supplémentaires vous semblent utiles, n'hésitez pas à me contacter pour m'en informer que je complète.

(Je n'ai pas encore réalisé toutes les fiches. La page va se garnir au fur et à mesure que j'en aurai le temps )

 

Sommaire de la page: (cliquer sur le nom de la section pour y accéder directement.)

 

Les lettres de l'alphabet et l'ordre alphabétique:

Avant de commencer à travailler sur des fiches de sons, afin de vérifier la capacité de l'élève à discriminer les lettres de l'alphabet et si besoin de consolider cette compétence, je propose des activités  avec les cartes suivantes:

Ça permet  également de travailler l'apprentissage de l'ordre alphabétique, les deux compétences se soutenant l'une l'autre.

On peut:

- Donner les cartes d'une seule écriture et demander de ranger dans l'ordre alphabétique, en les plaçant les unes sous les autres.

- Donner les cartes de quelques lettres dans plusieurs écritures et demander de trier par lettre.

- Présenter une carte et demander de nommer la lettre.

- Présenter une carte et demander de "réciter" la portion d'alphabet qu'elle contient.

Le fichier contient l'alphabet dans les 6 écritures suivantes: majuscules et minuscules de la police "Arial", minuscules de la police "Script école", majuscules et minuscules de la police "Comic Sans MS", et minuscule cursive "Crayon L":

Une fois l'élève à l'aise avec cette représentation, on peut proposer le fichier suivant comme outil référentiel pour les lettres difficiles à discriminer:

 

Présentation générale du matériel pour les activités sur le code:

 

Rq: Certains élèves avec autisme ne peuvent pas avoir accès à la lecture par la voie syllabique, il leur faut alors une approche globale.

Les fiches de sons sont créées avec une démarche associant:

- Dans une certaine mesure, des recommandations de progression de l'équipe de Stanislas Dehaene contenues dans le livre "Apprendre à lire, des sciences cognitives à la salle de classe", aux éditions Odile Jacob sciences. Par rapport à la proposition de progression du livre, j'ai modifié la place des sons "m" et "t", parce qu'ils font partie du prénom de l'enfant pour lequel j'ai créé ces fiches. Je les ai mis à sa demande dans les premières fiches. Si vous voulez rétablir un ordre plus conforme aux prescriptions de l'équipe de M. Dehaene, vous pouvez zapper ces deux fiches, et du coup, pour les activités avec les cartes de syllabes ou de mots à lire,retirer celles dans lesquelles ces deux sons interviennent. Vous pourrez alors présenter la fiche du sons "t" après le sons "p", et la fiche du son "m" après la section qui concerne les lettres en miroir (pqbd), quand cette section sera créée. 

- les gestes de la méthode Borel Maisonny. (Pour lesquels il existe de nombreux tutoriels sur youtube.) 

- Un repérage couleur pour les lettres muettes et les digrammes/trigrammes: Les lettres muettes sont en gris et les lettres formant un digramme ou un trigramme en vert.

Il s'agit du code couleur utilisé par Céline Alvarez dans les contes publiés dans la collection Les lectures naturelles, chez Les arènes. Peu de mots, écrits en majuscules, c'est à mon sens parfait pour commencer à lire dans un vrai livre, en parallèles des activités sur l'étude des sons.

 

Les fiches se présentent globalement de cette façon:

 

Chaque fiche ne contient que 2 syllabes à déchiffrer.

Avec les premières fiches, d'autres syllabes sont proposées sous forme de cartes à découper pour être proposées de façon plus flexible et plus ciblée. (à télécharger un peu plus bas sur la page, après le son "J" pour la première série).

 

Pendant les premiers temps, il faut beaucoup accompagner la lecture des syllabes. On montre chacun des deux signes tout en faisant les gestes et en oralisant les sons de manière successive, sans les lier, et petit à petit on les rapproche, pour finir pas dire la syllabe de façon fluide.

Parallèlement, on peut aussi faire réaliser des activités de production avec le matériel suivant:

On plie en deux une carte syllabe de sorte que seuls les signes Borel-Maisonny sont visibles. L'adulte oralise la syllabe et l'élève sélectionne les étiquettes lettres qui conviennent de manière à reconstituer la forme écrite de la syllabe. Une fois cette action réalisée, on vérifie en retournant la carte syllabe.

Les syllabes peuvent être présentées selon diverses logiques. En particulier, on peut sélectionner une série de cartes, comme par exemple les cartes "ma", "mé", "mi", "mu", "mo", et les faire lire les unes après les autres pour mettre en évidence le changement de prononciation de la syllabe en fonction de la voyelle qui suit la consonne. Inversement, on peut faire se succéder des syllabes ayant une consonne d'attaque différentes et la même voyelle finale.

On peut aussi découper les cartes en deux pour séparer la forme écrite des signes Borel-Maisonny et demander de reconstituer les paires, en n'oubliant pas de mettre à disposition de l'élève le modèle pour que celui-ci soit sûr d'être en réussite:

Parallèlement aux fiches de sons, on peut faire réaliser des activités de tri d'images avec un imagier spécialement conçu à cet effet:

Les mots de cet imagier ne sont pas prévus pour être lus par l'élève, c'est pourquoi il ne figure aucun repère pour la lecture des syllabes. Le but ici est de favoriser la mise en relation entre les lettres écrites et les sons vus.

On demande à l'élève de sélectionner les mots où on entend un son donné, parmi quelques mots qu'on aura préalablement sélectionnés à cet effet. Pour ce faire, on lui fournit les cartes des mots sélectionnées, ainsi qu'une guidance sur laquelle on aura placée l'image Borel -Maisonny du son recherché et sur laquelle on a préalablement entouré les graphèmes codant ce son:

 

Quand l'élève a entouré les lettres qui conviennent, on lui demande de placer les mots pertinents sur la fiche "J'entends ..." .

Bien sûr, on veille, pendant ces activités, à accompagner le travail de l'élève en oralisant les mots. On appuie la prononciation du son recherché tout en réalisant le geste Borel Maisonny au moment opportun.

Une fois que l'élève est à l'aise, on peut coller les images au dos des mots écrits et essayer de lui faire réaliser la même activité avec l'image seule et sans passer par la première étape.On pourra alors laisser le mot écrit au dos de l'image avec les lettres pertinentes entourées pour que l'élève puisse être en réussite même s'il a des hésitations.

Vous trouverez également des jeux au fur et à mesure de la progression:

- Des jeux de piste tels que celui-ci:

On tire un dé et on déplace son pion. Si on tombe sur une image, il faut trouver la syllabe écrite qui correspond à la syllabe d'attaque du mot représenté par l'image. On peut alors y avancer son pion (par exemple, on place son pion sur la syllabe "ma" si on est tombé sur la mariée). Si on tombe sur une syllabe, on reste sur la case et c'est au joueur suivant de lancer le dé. Les cartes avec des étoiles correspondent à des mots outils à apprendre par cœur. Si on tombe sur le premier exemplaire de ce mot et qu'on arrive à le lire, on se déplace sur le second exemplaire.

Pour s'aider, si besoin, on peut avoir recours à un référentiel: 

- Des jeux de dominos comme celui-ci:

Ici, à l'inverse du jeu de l'oie, on doit lire la syllabe et trouver le domino qui correspond.

On retrouve les mêmes mots et les mêmes syllabes que dans le jeu de l'oie. Ainsi, le même référentiel peut être utilisé.

 

Vous trouverez également des fichiers de mots à lire, accompagnés d'une image. Pour chacun de ces mots, vous pouvez utiliser en support les cartes syllabes qui correspondent.

On peut découper les images et les coller au dos des étiquettes pour vérification de la lecture, ou faire reconstituer les paires.

 

Voici les fichiers à télécharger:

Tout d'abord, voici un fichier sur lequel sont répertoriés tous les mots illustrés que vous pouvez trouver sur cette page, avec mention du nom du fichier qui les contient:

 

Ensuite, voici la consigne visuelle à plastifier et compléter au cas par cas avec les images des sons à télécharger un peu en-dessous:

  • La fiche vierge "J'entends le son ... " à compléter également au cas par cas:

Les images des sons à imprimer en deux exemplaires, à découper et  à plastifier pour compléter la fiche consigne et la fiche "j'entends le son...":

Sera complété au fur et à mesure de l'arrivée des nouvelles fiches sur la page.

Le référentiel Lettres-sons: 

 

 

 

 

Pour le son "é", et pour d'autres sons ensuite, il y a deux fiches possibles. La première fiche ne mentionne que la forme repère (ici le "é"). La seconde fiche mentionne d'autres formes (sans s'y attarder) afin de pouvoir montrer à l'élève que ces formes existent si besoin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voici maintenant une première série de cartes de syllabes: Une consonne suivie d'une voyelle. 

Et maintenant des cartes avec une voyelle suivie d'une consonne:

L'objectif de ces cartes voyelles + consonnes est essentiellement de montrer l'importance de l'ordre des lettres pour la lecture. Il est intéressant de montrer chaque carte avec sa symétrique pour mettre en évidence cet aspect.

 

L'imagier utilisé pour les premières fiches est également utilisable pour ces deux sons.

 

 

Des cartes syllabes pour ces nouveaux sons: 

Maintenant, avec les mêmes sons, voici des syllabes qui contiennent 3 sons:

D'abord Consonne/Voyelle/Consonne:

Puis Consonne/consonne/voyelle:

Les images de ces fiches sont libres de droits et proviennent des sites "Pixabay" et "Art4apps".

On peut utiliser la carte syllabe qui correspond à la syllabe du mot pour guider la lecture si besoin.

Vous pouvez, après avoir familiarisé l'élève avec ces mots réels, découper et coller l'illustration au dos du mot écrit, ou découper et demander de reconstituer les paires. Il faudra alors au départ laisser un exemplaire de la fiche pour que l'élève puisse s'y référer.

 

Maintenant, des mots de 2 syllabes:

Avec les mots des deux fiches suivantes, l'objectif est de montrer que, quand il y a un "e" à la fin d'un mot, il ne s'entend pas vraiment, mais il n'est pas non plus considéré comme muet puisqu'il fait partie de la syllabe finale du mot et qu'il est utile pour le décodage syllabe par syllabe. On ne le met donc pas en gris. Il sera utile de bien expliciter cela. "Quand je vois un "e" noir à la fin du mot, il me permet de lire la syllabe mais je n'entend pas vraiment le son "eu". (Quoi qu'en fonction des régions...). 

 

 

 

Attention! À partir de maintenant, les mots qui enrichissent l'imagier peuvent contenir des "e" non muets en fin de mot, donc écrits en noir parce qu'ils sont utiles pour l'écriture, mais qui ne font pourtant pas vraiment le son "E" à l'oral. Il ne faut donc pas les utiliser pour des activités de tri sur le son "E".

 

 

 

Les cartes syllabes:

De nouveaux mots à déchiffrer:

 

 

 

 

Rq: Les cartes syllabes de cette dernière série ne sont pas toutes bien ordonnées du fait de remaniements qu'il m'a fallu effectuer. IL faut donc chercher sur toutes les fiches s'il vous en manque une importante.

 

Remarques:

  • Les mots "port", "pot"et "deux" existent déjà dans le premier fichier d'images pour l'imagier. Ils sont donc redondants.
  • Certains mots du premier imagier peuvent être également lus maintenant. Ce sont les mots "dé", "bol", "pull", "tapis", "purée", "petit", "radis", "poupée", "douche", "drap", "ballon" et "banane".

Les sons [œ] et [ə] codés avec le digramme "eu":

L'objectif de cette activité est simplement de montrer que parfois le son codé par le digramme "eu"  est [œ] et non [ə]. 

Je propose de procéder ainsi:

L'élève doit placer les étiquettes-mots dans la colonne du tableau qui convient, selon qu'il entend le son œ ou le son ə lorsque l'adulte dit le mot en appuyant sur le son en question. Dans un premier temps, on place sur le tableau vierge les mots écrits en gris clair pour que l'élève puisse être sûr d'être en réussite. Il n'a alors qu'à placer l'étiquette sur le modèle. Quand on voit que l'élève est à l'aise, quand il va systématiquement chercher le modèle directement dans la bonne colonne, alors on peut essayer de ne plus donner que le tableau vierge. Ceci étant, si l'élève a du mal à différencier les deux sons à l'audition des mots, il me semble que ça n'est pas grave puisque l'objectif est uniquement de lui montrer que le digramme "eu" peut se prononcer [œ] ou [ə].

Voici les fichiers:

 

 

à imprimer si besoin, ces mots existent déjà dans un précédent fichier

 

 

 

Remarques:

  • Les mots à lire sont à la suite des mots pour l'imagier. (feuilles 4 et 5 du fichier)
  • Dans les fichiers de mots précédents, vous pouvez trouver d'autres mots à lire: "renard", "domino", "nappe", "banane", "nid" et "neuf". Vous pouvez également trouver d'autres mots à trier mais pas à lire: "canapé", robinet", "piano", "cornichon", "canard" et "dépanneuse".

Activité de tri voyelles / consonnes:

Afin de préparer la complexité de la lecture de la lettre "S", voici une petite activité de tri destinée à travailler le rangement des lettres dans les catégories "Voyelles" et "Consonnes". Les voyelles sont repérées avec un fond de couleur rouge. Les consonnes étant toutes les autres lettres, pas de fond coloré. 

Pour commencer, vous pouvez utiliser des lettres mobiles choisies parmi celles de la première série, où les voyelles sont sur fond rouge. Ainsi l'élève n'a qu'à placer les lettres à fond rouge dans la colonne du tableau également repérée en rouge. Ensuite, on peut donner des lettres mobiles sans repère couleur, l'élève pouvant toujours s'aider si besoin en regardant les lettres présentes en haut du tableau de tri.

(J'ai choisi la couleur rouge parce que c'est celle que j'utilise depuis le début pour le support de rangement des voyelles.)

 

Les sons et SS

Une première approche du son Z avec la lettre Z. Attention, les cartes syllabes contiennent des éléments qui ne sont pas encore à utiliser, mais à mettre de côté pour un peu plus tard. (Son Z avec la lettre S)

Certaines des cartes-syllabes qui suivent ont une particularité par rapport à d'habitude. Pour pouvoir travailler avec le son "Z" quand il est codé avec la lettre S, j'ai fait figurer des suites de lettres qui forment deux syllabes, telles que "ASE". Si on veut être rigoureux, on peut encadrer les deux syllabes avant de les proposer à l'élève. 

 

Les mots "lézard" et "nez", présents dans de précédents fichiers, peuvent également être utilisés.

Pour des activités de lecture, on ne pourra proposer à l'élève que la lecture des mots "lézard",  "zoo", "bazar", "riz", "zéro" et "zèbre".

Une première approche du son SS avec la lettre S:

 

 

 

Voici maintenant les mots pour l'imagier:

Remarque: Les fichiers contiennent également les mots utiles pour l'étude de la lettre S qui code le son Z

Et un deuxième fichier de mots qui, eux, pourront être déchiffrés par l'élève une fois la lettre S vue dans les deux emplois SS et Z:

 

La lettre "S":

Il s'agit ici de montrer que la lettre S peut coder le son SS ou le son Z, et les conditions de ce codage.

Je propose de faire réaliser des activités spécifiques de tri de mots comportant la lettre S: J'entend "SS" ou j'entends "Z". L'adulte dit le mot, l'élève doit le placer dans la colonne qui convient:

 

Remarques: J'ai rajouté sur les photos des signes Borel Maisonny de petits détails destinés à permettre de mieux les différencier.

Il s'agit d'une activité qui peut être difficile si on la propose d'emblée comme ça.

Il est nécessaire de procéder par étapes, avec une démarche d'enseignement explicite: "Je fais / on fait / tu fais)

- Souligner la lettre S noire contenue dans les mots proposés. 

- Quand la lettre S est entourée d'au moins une lettre à gauche et une lettre à droite, entourer le trio.

- Surligner en rouge les voyelles qui figurent dans ce trio.

Ensuite, on fait identifier des mots à ranger dans la colonne de droite, en demandant de montrer le trio qui correspond sur la guidance en haut de la colonne de manière à montrer le lien entre cette guidance et les mots à placer.

Pour finir, on introduit des mots à placer dans la colonne de gauche. 

Les mots à utiliser sont dans les fichiers juste au-dessus.

 

Vous pouvez également utiliser, parmi les mots présents dans de précédents fichiers:

Mots qui peuvent être donnés à lire: "Ours", "souris", "maïs", "moustache", aspirateur", "signature", "ananas", "fusée" et dépanneuse". 

Mots à ne pas faire lire et à réserver aux activités de phonologie:  "poisson", "danseurs", "semaine" et "agrafeuse".

Remarque: Les mots choisis pour ces activités excluent les formes de type "esc", "esp", ou "est" comme "escalier", "Espagne" ou "restaurant", afin de ne pas perturber l'élève sur la lecture de la lettre "e" devant un "s", qui sera vue ultérieurement.


Voici le tableau pour trier les mots:

Le son Z suite:

Je reprends la fiche de son précédente, à laquelle j'ajoute le son Z codé avec un S entre deux voyelles:

Le référentiel à utiliser pour le tri de mots où on entend le son Z ou non est spécifique. Il reprend des éléments utilisés pour l'étude de la lettre S.

Les mots à utiliser pour les activités de tri sont ceux contenus dans le fichier de la section précédente, qui concernait le son SS.

 

La lettre C:

Comme pour la lettre S, on commence par des activités de tri de mots contenant la lettre C. L'objectif ici n'est pas de faire apprendre à lire la lettre C en fonction de la lettre qui suit, mais simplement de montrer que la lettre C peut chanter SS ou K. On pourra donc apporter une guidance maximale, et passer ensuite rapidement à l'étude du son K.

 

D'autres mots sont utilisables dans les fichiers précédents, notamment le mot "cils".

Remarque: J'ai exclu les cas du "cé" et du "cy" pour ne pas surcharger. On peut les rajouter à la main sur la fiche si on souhaite les évoquer.

 

Le son K:

3 versions pour une approche progressive.

 

Avec, dans les fichiers précédents: phoque, masque, quatorze, quinze, cirque, et de nombreux mots avec la lettre C.

 

La lettre G:

Comme pour les lettre S et C, on commence par des activités de tri de mots contenant la lettre G. L'objectif ici n'est pas de faire apprendre à lire la lettre G en fonction de la lettre qui suit, mais simplement de montrer que la lettre G peut chanter J ou G. On pourra donc apporter une guidance maximale, et passer ensuite rapidement à l'étude du son G. Il va de soi que les mots contenant la lettre G codant le son J devront, après cette activité, être mis de côté pour les activités sur le son G.

L'imagier contient les mots utiles pour cette activité et l'activité qui suit, l'étude du son G.

Dans les fichiers antérieurs vous trouverez également: frigo, grue, grand, agrafeuse, gagnant, gazon, grimace, glace, bougie, neige, nuage et congélateur.  

 

Le son G:

 

 

Publié dans Français, Lecture

Partager cet article
Repost0

Français -Grammaire: "Léon et le chaton", une histoire à imprimer et des fiches associées pour travailler sujet, verbe ,COD, CCL et verbes aux temps usuels de la langue parlée

Publié le

Cette page contient une histoire en six images à imprimer et des fiches de grammaire associées, pour travailler les concepts de sujet, verbe, CCL, COD, ainsi que différentes formes du verbe aux temps usuels de la langue parlée.

Ces activités de grammaire ont été conçues pour des élèves lecteurs, capables d'oraliser, mais en grandes difficulté pour s'exprimer par le langage. Elles ont pour objectif d'expliciter des éléments de base de la grammaire de la langue pour aider ces élèves à construire leurs propres phrases. En conséquence, la notion de CCL telle qu'elle est envisagée ici inclut les compléments essentiels de lieu. Il ne s'agit pas d'enseigner une grammaire syntaxique exacte mais sémantique fonctionnelle pour l'oral. 

Je remercie Francis Ray, graphiste, pour avoir donné de son temps et de son talent pour que puisse exister cette première petite histoire de Léon, et avec elle les fiches de travail qui suivent. Ces illustrations restent sa propriété. Un copyright le rappelle sur chaque fiche. Vous pouvez imprimer l'histoire et les fiches pour vos élèves, mais vous ne pouvez pas exploiter les illustrations d'une autre manière.

 

 

Voici les fichiers pour imprimer l'histoire:

L'histoire est imprimable en trois versions, selon la forme finale qu'on voudra donner à l'ensemble et le mode d'impression.

Les pages sont dans l'ordre, comme sur les visuels ci-dessus

Les pages sont organisées de façon à pouvoir faire un livret en pliant chaque feuille en deux. Impression recto-verso seulement si l'imprimante imprime les pages dans le même sens.

Les pages sont organisées de façon à pouvoir faire un livret, une page sur deux est inversée pour impression recto-verso selon l'imprimante

L'objectif de cette histoire est de travailler la phrase simple de type sujet + verbe + COD ou CCL, ainsi que les différentes formes usuelles du verbe dans la langue parlée en fonction du temps. 

Rq: Les textes qui accompagnent les illustrations comportent de nombreuses difficultés. Ils ne sont pas le support des activités. Il est inutile, voire nuisible, de s'attarder sur ces textes. 

 

Activité 1: Le sujet et le verbe au présent

  • Après découverte de l'histoire, on donne à l'élève une fiche comme celle-ci:

 

Pour chaque phrase, l'élève doit entourer le sujet en bleu et le verbe en rouge:

 Pour ce faire, on lui fournit la phrase découpée en étiquettes sur lesquelles l'élève peut retrouver les repères couleur:

C'est la manipulation de ces étiquettes qui est le véritable objectif de l'activité.

L'élève reconstitue la phrase avec les étiquettes et ensuite il utilise les codes couleurs pour entourer comme il convient sur sa fiche. Les phrases seront découpées en seulement 2 ou 3 parties: le sujet, le verbe et le/les compléments s'il y en a. Il s'agit de mettre en valeur les groupes fonctionnels sujet et verbe, c'est tout. S'il y a plusieurs compléments on les laisse ensemble, ils feront l'objet d'activités spécifiques ultérieures. 

Rq: Dans un premier temps, pour la découverte de l'activité, on peut proposer comme aide  les phrases telles quelles, sans les découper en groupes fonctionnels.

Pour que l'élève puisse travailler en autonomie, on peut préparer des petites pochettes en papier dans lesquelles on place les étiquettes de chaque phrase:

Remarque:  Les phrases sont toutes conçues sur le schéma sujet + verbe + éventuellement complément. L'élève va probablement très vite créer des automatismes: Le sujet est le premier mot et le verbe est le mot suivant. Il me semble que c'est inévitable pour que l'activité soit structurante. On cassera cet automatisme dans de futures activités, quand on aura naturellement un complément circonstanciel de temps à placer en premier.

  • Une fois la fiche complétée, on propose une seconde fiche comme celle-ci:

L'élève doit aller chercher la forme verbale qui convient dans son cahier de verbes. (Les fiches à imprimer qui correspondent aux verbes de l'activité sont à télécharger un peu plus loin sur cette page, vous pouvez les trouver aussi sur la page du cahier de verbes.)

Pour le cas où l'élève aurait du mal à savoir quel pronom sujet correspond dans les tableaux de conjugaison, on peut rajouter cette information au crayon à papier sur les fiches, ou fournir ce petit tableau d'aide qui est sur le fichier des étiquettes à découper:

 

  • Une fois l'élève à l'aise avec les étiquettes colorées, on peut revenir sur les premières fiches, où il faut entourer le sujet en bleu et le verbe en rouge, et les refaire avec pour aide des étiquettes sans repères couleurs, que l'on vient placer comme il convient sur le support suivant:

 

Les fichiers à télécharger:
Français -Grammaire: "Léon et le chaton", une histoire à imprimer et des fiches associées pour travailler sujet, verbe ,COD, CCL et verbes aux temps usuels de la langue parlée

ainsi que le petit tableau pronoms sujets pour "Léon", "Le chaton" et "Le petit chat".

 

 

 

Rq: Afin de renforcer les compétences de l'élève, il peut être utile de faire d'autres activités similaires sur le sujet et le verbe avant de proposer l'activité 2, qui concerne le COD et le CCL. J'espère pouvoir vous en proposer dans quelques mois avec une nouvelle histoire de Léon. En attendant, vous pouvez en trouver sur la page sur le sujet et le verbe au présent avec "La carotte géante" et "Marius le chat" . Les fiches ne sont pas directement exploitables parce que je ne peux pas publier les illustrations, mais vous pouvez les utiliser si vous vous procurez les albums.

Activité 2: Le COD et le CCL

Une seule fiche pour cette activité:

  • Il s'agit d'entourer le sujet en bleu, le verbe en rouge, et s'il y a lieu le COD en vert et le CCL en violet. Comme dans l'activité 1, on fournit les phrases découpées en étiquettes avec des repères couleurs.

 

  • Dans un second temps on refait la même activité avec les étiquettes sans repères couleur et la carte mentale suivante:

Les fichiers à télécharger:

 

 

 

Rq: Comme pour la première activité, Il peut être utile de faire d'autres fiches similaires sur le COD et le CCL avant de proposer l'activité 3, qui concerne les temps usuels de la langue parlée. La page sur le COD et le CCL avec "La carotte géante" et "Marius le chat" en propose un certain nombre, si vous vous procurez les albums en question.

Activité 3: Le verbe aux temps usuels de la langue parlée

Objectifs:

- Développer une représentation mentale linéaire du temps qui s'écoule, avec comme point central le moment présent, et y associer les notions de passé et de futur. 

- Familiariser l'élève avec les formes des verbes à l'infinitif et aux différents temps (en particulier montrer que le verbe conjugué peut être composé de plusieurs mots) et montrer que l'identification des temps utilisés permet de savoir si l'action se situe dans le passé, le présent ou le futur.

- Familiariser l'élève avec les noms des temps.

- Montrer les régularités de construction des différents temps quand il y en a.

 

  • On commence par donner à l'élève des fiches à compléter réalisées sur ce modèle:

Pour ce faire, on fournit à l'élève 2 outils:

 Rq: Comme d'habitude, c'est la manipulation des outils qui est l'objectif réel du travail donné. 

- Le premier outil permet de trouver la réponse à la question "avant, maintenant ou après":

Pour chaque histoire, on colle les illustrations dans l'ordre du récit sur une bande de papier épais de cette façon:

Et on confectionne un cache dans lequel on va pouvoir passer cette bande:

(Pour confectionner le cache j'utilise un morceau de plastique semi rigide translucide que je découpe dans une chemise à rabats élastiquée.) 

L'assemblage de ces deux éléments permet doit permettre d'obtenir ceci:

 

- Le second outil est un tableau de verbes dans lequel l'élève va pouvoir trouver le temps de conjugaison et l'infinitif du verbe de la phrase:

 

 

Pour familiariser l'élève avec cet outil, on peut commencer par donner le tableau de verbes à reproduire sur un tableau vierge de manière à ce qu'il puisse se familiariser avec les formes verbales et mieux repérer les régularités. Idéalement, ce travail se fait sur ordinateur, la taille des cellules pouvant difficilement contenir une écriture manuscrite. Vous trouverez donc dans les fichiers à télécharger un fichier vierge au format .odt, à ouvrir avec Open Office.

Une fois équipé de sa fiche et de ses deux outils, l'élève doit procéder ainsi: Il commence par placer la bande visuelle de l'histoire dans le cache de manière à ce que l'illustration encadrée corresponde à celle de la fiche. Ensuite, il lit une phrase de la fiche et identifie l'illustration à laquelle elle se rapporte. Il n'a plus alors qu'à lire sur le cache si la phrase exprime une action passée, présente ou future, par rapport au moment de référence qu'est celui de l'illustration présente sur la fiche. 

Une fois ce travail fait, l'élève va rechercher dans le tableau de verbes la forme verbale encadrée dans la phrase. Une fois cette forme identifiée, il n'aura plus qu'à relever dans le tableau les deux renseignements utiles pour remplir la fiche.

  • On demande ensuite de faire le travail inverse, toujours avec les deux mêmes outils (fiches bis):

 

  • Une fois l'élève à l'aise avec ces activités, on peut proposer à nouveau la deuxième série de fiches (fiches bis) en remplaçant le tableau de verbes spécifique de la fiche par un tableau des verbes les plus fréquents de manière à amener l'élève à construire la forme verbale attendue en s'inspirant des formes présentes sur le tableau. 

Attention, le fichier des verbes les plus fréquents existe en 8 versions, un tableau par pronom pers. sujet. Dans le cas des activités sur "Léon et le chaton", seuls les tableaux pour "il" et "ils" seront utiles.

 Voici les fichiers à télécharger: 

Les fiches existent en 2 niveaux de difficulté.

- Premier niveau: Chaque illustration correspond pas une phrase et une seule. D'une fiche à l'autre les verbes sont les mêmes, seuls les temps de conjugaison changent.

- Deuxième niveau: Chaque illustration peut être évoquée par des phrases différentes. Les verbes sont plus variés.

 

 

 

 

 

 

Et pour finir,

voici une carte mentale plus complète que vous pouvez utiliser pour d'autres phrases plus complètes, ainsi que des trames vierges:

 

 

 

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - Grammaire: Le verbe aux temps usuels de la langue parlée avec "La carotte géante" et "Marius le chat"

Publié le par Agnès

J'utilise les mêmes histoires que pour les activités sur le sujet et le verbe au présent:

La "carotte géante", d'Alan Metz à l'Ecole de Loisirs et les histoires de "Marius le chat", d'Erwin Moser chez Casterman 

(Comme pour les autres activités sur ces livres, je ne peux pas publier les illustrations, il vous faudra donc compléter les fiches avec des copies réduites des images de l'histoire.)

 

Rq: Il existe sur la page grammaire avec "Léon et le chaton", des activité similaires que vous pouvez utiliser directement, les fiches comportant les illustrations grâce au généreux travail de Francis Ray, graphiste.

 

Les objectifs des activités ici présentes sont:

- Développer une représentation mentale linéaire du temps qui s'écoule, avec comme point central le moment présent, et y associer les notions de passé et de futur. 

- Familiariser l'élève avec les formes des verbes à l'infinitif et aux différents temps (en particulier montrer que le verbe conjugué peut être composé de plusieurs mots) et montrer que l'identification des temps utilisés permet de savoir si l'action se situe dans le passé, le présent ou le futur.

- Familiariser l'élève avec les noms des temps.

- Montrer les régularités de construction des différents temps quand il y en a.

 

Ces activités ne peuvent être faites que si l'élève connaît bien les histoires qui servent de support. Les activités sur le sujet et le verbe, ainsi que celles sur le CCL et le COD, pour lesquelles les mêmes histoires sont utilisées, doivent être faites préalablement.

 

     Activité 1:     

Je donne à l'élève à compléter des fiches réalisées sur ce modèle:

 

Pour ce faire, je fournis à l'élève 2 outils. Comme d'habitude, c'est la manipulation des outils qui est l'objectif réel du travail donné. 

  • Le premier outil permet de trouver la réponse à la question "avant, maintenant ou après":

Pour chaque histoire, je colle les illustrations dans l'ordre du récit sur une bande de papier épais de cette façon:

Et je confectionne un cache dans lequel on va pouvoir passer la bande de papier:

 

(Pour confectionner le cache j'utilise un morceau de plastique semi rigide translucide que je découpe dans une chemise à rabats élastiquée.) 

  • Le second outil est un tableau de verbes dans lequel l'élève va pouvoir trouver le temps de conjugaison et l'infinitif du verbe de la phrase:

Pour commencer, si l'élève peut disposer d'un ordinateur, je lui donne le tableau de verbes à reproduire sur un tableau vierge de manière à ce qu'il puisse se familiariser avec les formes verbales et mieux repérer les régularités.

 Je vous mets donc les fichiers vierges sous format .odt à cet effet à la suite des fichiers de tableaux complétés. 

Ensuite, je procède ainsi:

Je donne à l'élève la fiche à compléter et les deux outils. L'élève commence par placer la bande visuelle de l'histoire de manière à ce que l'illustration encadrée corresponde à celle de la fiche. Ensuite, il lit la première phrase de la fiche et identifie l'illustration à laquelle elle se rapporte. Il n'a plus alors qu'à lire sur le cache si la phrase exprime une action passée, présente ou future. 

Une fois ce travail fait, l'élève va rechercher dans le tableau de verbes la forme verbale encadrée dans la phrase. Une fois cette forme identifiée, il n'aura plus qu'à relever dans le tableau les deux renseignements utiles pour remplir la fiche.

Pour cette première activité, chaque illustration est associée à une phrase et une seule. Seul le temps de conjugaison du verbe va varier d'une fiche à l'autre. Par ailleurs, la première phrase est toujours au présent pour aider l'élève à bien situer son référentiel pour la fiche donnée.

Voici les fiches:

Et les tableaux de verbes qui correspondent, d'abord complétés en pdf puis vierges, en .odt:

 

     Activité 2:     

Je reprends les mêmes phrases, mais cette fois l'élève doit écrire la forme verbale qui convient à partir de l'infinitif et du temps de conjugaison:

 

Pour ces fiches, seul le tableau de verbes est utile, mais je donne quand même la bande illustrée pour que l'élève puisse plus facilement mettre du sens dans ce qu'il fait.

Voici les fiches:

 

     Activités 3 et 4:     

 

Les activités 3 et 4 sont basées sur le même principe que les activités 1 et 2. Seulement ici, les phrases peuvent être différentes d'une fiche à l'autre, et la première phrase n'est pas forcément une phrase qui décrit l'illustration donnée sur la fiche, elle peut correspondre à une illustration précédente, et donc être au passé. L'idée est de donner les phrases dans un ordre plus naturel. Attention, certaines fiches introduisent des difficultés, comme par exemple un adverbe qui vient s'intercaler entre un auxiliaire et un participe passé. 

Ces activités se font sur "La carotte géante".

Voici les fiches à compléter:

Et les tableaux de verbes qui correspondent:

Si l'objectif qu'on se donne est de familiariser l'élève aux différents temps pour préparer les activités sur les compléments circonstanciels de temps (activités à venir sur le blog), il n'est pas forcément judicieux de poursuivre avec l'activité 5, il vaut peut-être mieux enchaîner avec les activités sur les CCT . Si par contre on veut aller plus loin avec les formes du verbe aux différents temps usuels de la langue parlée avec des élèves déjà bien à l'aise avec les activités précédentes, on peut proposer l'activité suivante:

     Activité 5:     

On reprend les fiches des activités 3 et 4, mais cette fois on remplace les tableaux de verbes précédents par un tableau référentiel unique, qui contient des verbes fréquents de la langue:

 

Le fichier contient 9 tableaux, correspondants aux 9 pronoms personnels sujets (je considère ici "on" comme un pronom personnel et non indéfini puisqu'il a valeur de substitut au pronom "nous"). Seuls les pronoms il, elle et ils sont utilisés dans cette activité, mais je mets tout le fichier parce qu'il peut être intéressant de regrouper les tableaux dans un classeur, qui pourra servir de référentiel à l'élève pour des activités de conjugaison ordinaire. En effet, cette présentation peut être plus avantageuse que les tableaux de conjugaison classiques puisqu'une fois le pronom sujet pertinent déterminé, on n'a plus à s'en occuper. Je vous mets également le fichier au format .odt si vous voulez rajouter des verbes si vous le souhaitez:

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - grammaire - Le CCL et le COD avec "La carotte géante" et "Marius le chat".

Publié le par Agnès

Ces activités sont la suite des activités sur le sujet et le verbe, qu'il faut évidemment avoir fait préalablement. Je ne rappelle pas comment procéder.
La carte mentale que j'utilise ici est celle-ci:

 

La notion de CCL telle qu'elle est envisagée ici inclut les compléments essentiels de lieu. Il ne s'agit pas d'enseigner une grammaire syntaxique exacte mais sémantique fonctionnelle pour l'oral. 

Les histoires qui servent de support aux activités sont les mêmes. Pour aller directement aux fiches dont vous avez besoin:

Rq: Il existe sur la page grammaire avec "Léon et le chaton", des activité similaires que vous pouvez utiliser directement, les fiches comportant les illustrations grâce au généreux travail de Francis Ray, graphiste.

 

 

Les mêmes fichiers mais avec "Le lapin" à la place de "Lapin", "La taupe" à la place de Taupe",... (fichiers bis)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - Conjugaison - Le présent

Publié le par Agnès

Le travail demandé à l'élève consiste à compléter des textes à trous avec les formes verbales qui conviennent.

Le texte décrit une suite d'actions qui forment un tout cohérent proche du quotidien d'un enfant, de manière à ce qu'il puisse s'aider de son intuition pour trouver les réponses.

Le sujet est toujours un pronom, et toujours le même pour une fiche donnée.

Chaque texte est décliné pour chaque pronom sujet de la gamme "je, tu ..., elles".

Remarque: Le pronom "on" est toujours vu ici avec fonction d'équivalent du pronom "nous" afin de coller au mieux à l'usage oral.

Dans un premier temps on donne à lire à l'élève le texte complet:

Ainsi, il peut comprendre le sens du texte avant de devoir l'étudier dans le détail, puis on donne le texte à trous, en fournissant le cahier de verbes dans lequel on aura pris soin de mettre les verbes de l'activité.

Voici le premier texte que j'ai fait, d'autres viendront ensuite.

       Le réveil       

 

 

 

Les verbes pour le cahier de verbes sont sur la page dédiée.

Publié dans Français, Conjugaison

Partager cet article
Repost0

Cahier de verbes

Publié le par Agnès

Cette page contient des fichiers pour constituer un cahier (ou classeur) de conjugaisons (que je préfère appeler cahier de verbes) qui pourra être utilisé par les élèves pour les fiches de grammaire sur "La carotte géante" et les histoires de "Marius le chat", ou pour du travail sur des fiches de conjugaison ordinaires.

L'utilisation de ce cahier de verbes permet de faciliter l'assimilation du concept de verbe en fournissant un outil unique que l'élève pourra consulter chaque fois qu'il en aura besoin. Les verbes qui ne sont pas des verbes d'action pourront naturellement y trouver leur place. 

Le cahier se présente de cette manière:

 

 

Les petites fiches (format A5) sont pliées en deux de manière à ce que seul l'infinitif soit visible, et sont collées sur la feuille de répertoire qui convient de cette façon:

Les fiches sont en partie superposées les unes sur les autres de sorte que l'élève peut facilement repérer le verbe à sélectionner et ensuite ouvrir la fiche qui correspond pour y trouver la forme verbale attendue.

On peut choisir de préparer un cahier complet dès le départ, mais pour ma part je préfère qu'il soit constitué par l'élève au fur et à mesure de ses besoins pour qu'il puisse plus facilement se l'approprier. Du coup, les verbes, à l'intérieur d'une section alphabétique sont dans leur ordre d'arrivée, mais il me semble que ça n'a pas d'importance du moment que l'élève s'y retrouve.

Si on veut travailler la notion de groupe verbal, on peut créer 3 cahiers, 1 pour chaque groupe. Il faut alors un petit carnet supplémentaire dans lequel on répertorie les infinitifs des verbes contenus dans les cahiers, classés en trois colonnes selon leur groupe, de manière à ce que l'élève puisse savoir dans quel cahier il doit chercher. 

En cohérence avec les activités de grammaire du site, le sujet est écrit sur fond bleu et le verbe est sur fond rouge. 

Les fiches des tableaux de conjugaison contiennent les 4 principaux temps qui sont vus en élémentaire. Le fait de n'avoir au début que l'utilité du présent n'empêche pas de donner à voir les autres temps. Il suffit de surligner le mot "présent" sur les fiches pour que l'élève soit guidé pour retrouver le tableau de conjugaison dont il a besoin. Et quand l'élève sera prêt à conjuguer à d'autres temps, il suffira de surligner le nom des autres temps dans d'autres couleurs.

Ceci étant, j'utilise d'autres supports pour travailler l'usage des différents temps, les conjugaisons sous cette forme étant d'une relative inefficacité pour le langage oral. (vous pouvez voir ces activités ici). Les conjugaisons du cahier de verbe ne servent qu'à:

- Conceptualiser le verbe

- se familiariser avec ses formes usuelles

- outiller l'élève pour travailler sur des fiches standard.

Les fiches à imprimer sont classées dans des fichiers, dans l'ordre de leur conception pour les activités du blog de manière à ce que vous puissiez les imprimer au fur et à mesure des besoins si vous suivez la progression que je propose, sans qu'il y ait de doublons. 

Afin de pouvoir s'y retrouver dans tous ces fichiers, voici un tableau qui recense les verbes par ordre alphabétique, indique les fichiers où trouver leurs conjugaisons, et indique également, pour chacune des histoires utilisées pour la grammaire, les verbes qui sont à fournir à l'élève:

(Le fichier est à ouvrir avec OpenOffice Calc.)

 

Voici donc les fichiers à imprimer:

apporter - être - arracher - proposer - creuser - se casser - demander - mettre - grandir - sortir - manger - trouver - passer - arriver - pousser - arroser - prendre - utiliser - tirer - manquer - voir - aider - vouloir - faire - avoir

voler - regarder - montrer - écouter - tomber

monter - offrir - pédaler - rouler - foncer - s'accrocher -

cueillir - se reposer - porter - transporter - rentrer

pécher - tenir - bouger - envoyer - lire - habiter - remercier

couler - dormir - emmener - s'approcher

aimer - aller - croire - donner - dire - pouvoir - parler - sembler - savoir - devoir - laisser - penser

attendre - vivre - entendre - répondre - paraître - sentir - rendre - connaître - venir - rester

chercher - comprendre - devenir - entrer - écrire - appeler - partir - revenir - reprendre - commencer

agir - perdre - arrêter - servir - jeter - recevoir - se lever - mourir - suivre - ouvrir -

ajouter - jouer - apercevoir - reconnaître - continuer - sourire - marcher - garder - retrouver - quitter

descendre (avec être) - descendre (avec avoir) - rappeler - se rappeler - crier - courir - tourner - finir - permettre - se permettre

compter - empêcher - exister - expliquer - occuper - oublier - songer - présenter - apprendre - souffrir

chanter - former - oser - rencontrer - plaire - travailler - répéter - changer - retourner - se retourner

conduire - embrasser - élever - toucher - espérer - éprouver - pleurer - apparaître - raconter - sauter

boire - choisir - enlever - préparer - s'habiller - se brosser - se réveiller

Ronronner - et des verbes déjà présents sur les fichiers précédents (être - avoir- arriver - boire - marcher - manger - mettre - ouvrir - pleurer - porter - prendre - regarder - sortir - trouver

Remarques:

- Les conjugaisons ont été faites les unes à la suite des autres avec des "copier/coller", du coup il est fort probable que vous y trouverez des erreurs. Merci de me les signaler pour que je puisse corriger les fichiers.

- Je rajouterai des fichiers complémentaires au fur et à mesure des besoins en lien avec les activités de grammaire-conjugaison publiées sur le blog.

Publié dans Français, Conjugaison

Partager cet article
Repost0

Français - Jeu de "Qui est-ce"

Publié le par Agnès

Le jeu a été dessiné grâce à cette page wikihow: https://www.wikihow.com/Draw-a-Face

Les personnages ont tous été construits sur la même base de dessin de manière à ce que les éléments à discriminer pour jouer soient plus facilement identifiables. 

 

Avant de jouer, il peut être utile voire indispensable de commencer par préparer l'élève en faisant réaliser sur fiches des opération de tri identiques à celles qui seront à faire pendant le jeu.. Par exemple:

 

Voici les fiches sur lesquelles coller les images des personnages:

 

Et deux séries de fiches dans lesquelles on peut découper les images que l'élève va coller.

Dans la première série, les images sont retravaillées de manière à faire ressortir les éléments à discriminer:

 

Dans la seconde, les personnages sont représentés normalement:

 

Remarque: Ne pas hésiter, au début, à donner les fiches remplies en modèle! 

Une fois l'élève à l'aise avec ces activités de tri, on peut proposer de jouer, avec quelques aménagements:

- Dans une partie standard de "Qui est-ce?", chaque joueur choisit un personnage, et chacun à son tour pose des questions ou répond aux questions de l'autre joueur. Pour les personnes avec autisme, cet entremêlement des rôles est perturbant. Il est préférable que les deux joueurs ne tiennent qu'un seul rôle chacun sur toute la durée de la partie. Le joueur 1 doit deviner quel personnage a été choisi par le joueur 2, ce dernier donnant les réponses aux questions.

- On commence toujours par demander si c'est un homme ou si c'est une femme, les questions qui suivront en dépendant.

- On propose une guidance à chacun des joueurs en fonction des besoins. Petit à petit, les guidances doivent être allégées, au fur et à mesure que le joueur a pu les intérioriser. Les guidances sont conçues pour permettre que le jeu puisse se faire sans que l'élève ait à parler. Le but n'est évidemment pas d'éviter d'utiliser le langage oral, mais au contraire, de fournir des supports pour aider au langage. Si l'élève ne peut pas oraliser lui même, l'adulte doit oraliser à sa place de manière à ce que les guidances soient toujours associées à des mots ou des phrases.

Voici les guidances que j'ai prévues:

La guidance la plus complète est constituée des éléments suivants:

Pour le joueur 1:

 

Et pour le joueur 2:

 

Le joueur 1 dispose des images des différents personnages. Il prend la fiche correspondant à la question qu'il veut poser (en commençant par la fiche "c'est un homme/ce n'est pas un homme" ou la fiche "c'est une femme/ ce n'est pas une femme"). Il trie les images sur la fiche, puis il enlève la petite carte qui y est attachée par un trombone et la donne au joueur 2.  Le joueur 2 a devant lui la fiche du personnage qu'il a choisi. Sur cette fiche figurent les réponses aux questions que le joueur 1 pourra lui poser. Il dispose pour chaque question de 2 cartes réponses, une pour "oui" et une pour "non".  Il choisit la carte qui convient et la donne au joueur 1. Ce dernier peut alors sélectionner les images qu'il faut garder et mettre à la poubelle les autres. Il met alors de côté la fiche utilisée (prévoir une banette dédiée) et prend une nouvelle fiche pour continuer le jeu. Les fiches "hommes" et les fiches "femmes" doivent être placées dans deux banettes différentes. Une fois déterminée la série qui sera utilisée (hommes ou femmes), on écartera la banette inutile.

Voici les fichiers pour ces guidances:

 

 

Remarque: Ces fiches sont pour la plupart identiques à celles du fichier "fiches vierges à remplir" pour les activités préparatoires. Seules les fiches "femmes" diffèrent. Elles sont ici sous le même format que les fiches "hommes" pour plus de cohérence dans le jeu.

 

Avec aussi une petite fiche repère pour le joueur 1, qu'on peut plastifier pour y noter au feutre d'ardoise les réponses aux questions:

Et des cartes réponses simplifiées qui peuvent être utilisées dans un second temps, une fois l'élève très à l'aise avec les cartes réponses individualisées pour chaque question, si on veut travailler sur la capacité à répondre simplement "oui" ou "non". 

 

 

 

 

Pour les élèves lecteurs, les fiches réponses avec des phrases à la place des pictogrammes pour le joueur 2:

 

 

Et une fiche pour les questions à poser pour le joueur 1:

 

Une fois l'élève suffisamment à l'aise, on peut proposer de jouer avec d'autres personnages, dont par exemple les personnages publiés sur le blog de l'ifpro de Darney

Publié dans Français, jeux

Partager cet article
Repost0

Français - grammaire - Les pronoms personnels sujets illustrés

Publié le

 

Les pronoms "il, elle, ils et elles" me semblent être les moins difficiles à intégrer. Ils permettent de désigner un/des objet(s) ou une/des personne(s) dont on a parlé juste avant, et leur signification ne change pas selon qu'on est l'orateur ou l'auditeur. On peut utiliser des images pour les étudier, comme dans les activités de grammaires qui sont ici.

En revanche, les autres pronoms sont d'un abord complexe. Les personnes désignées n'ont pas nécessairement été nommées avant, et elles sont différentes selon qu'on dit ou qu'on entend le pronom. De plus, on ne peut étudier ces pronoms qu'en situation de communication réelle. (naturelle ou induite par un jeu).

Pour des élèves lecteurs, l'utilisation des pronoms "je" et "on" peut par exemple être travaillée dans une communication naturelle par la rédaction chaque jour d'un court texte à la première personne du singulier que l'élève va lire le soir à ses parents pour raconter sa journée. Par exemple:" Ce midi j'ai mangé des haricots verts, à la récréation on a joué au foot,...". 

Rq: Ces phrases écrites étant destinées à être transformées en phrases orales, on collera le plus possible au langage spontané. Par exemple, pas de "nous" mais des "on".

Pour les pronoms "je, tu et on", on peut utiliser le jeu des déplacements dans la maison.  

Dans ce jeu, comme dans la majorité des activités de ce blog, c'est l'intégration de la guidance qui est l'objectif réel visé. Il faudrait concevoir d'autres jeux, et je m'y attellerai quand j'aurai fini de mettre sur le blog tout ce qui est déjà dans mon cartable. En attendant, voici les illustrations que j'ai créées pour faire les guidances de ces futures activités, de sorte que vous puissiez les utiliser pour vos propres activités si besoin. (évidemment si vous créez des activités de ce genre je serais ravie d'en avoir connaissance!)

Remarques: - le pronom "nous" et son équivalent oral "on" sont très complexes dès lors qu'il y a plus de deux personnes en jeu dans la communication. C'est souvent le contexte qui permet de savoir quelles personnes sont désignées par le pronom, difficulté particulièrement épineuse. Ils nécessitent, à mon avis, un jeu spécifique rien que pour eux - Il me semble important d'introduire les illustrations de façon très très progressive pour que l'attention n'ait à se porter que sur une illustration, ou deux si on cherche à mettre en valeur une opposition. (comme "je" et "tu" dans le jeu du collège.) - Il est important de mettre toujours en relation le sens du pronom quand il est dit  et le sens du pronom quand il est entendu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les images sont conçues selon ce schéma:

Rq: On peut mettre en valeur le personnage qui représente l'élève en mettant une photo comme dans la guidance du jeu du collège, ou en faisant colorier le personnage.

Les fichiers à télécharger existent en quatre versions, selon que les acteurs de la communication sont des filles ou des garçons:

 

 

 

 

Et maintenant les mêmes images, mais cette fois-ce les pronoms ne sont pas écrits dans les bulles:

 

 

 

 

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - grammaire - le sujet et le verbe au présent avec "La carotte géante" et "Marius le chat"

Publié le

 

Les activités suivantes utilisent toutes comme supports 7 petites histoires, tirées de ces trois livres:

La "carotte géante", d'Alan Metz à l'Ecole de Loisirs

"Marius le chat, L'avion à plumes" et "Marius le chat, La citrouille géante", d'Erwin Moser chez Casterman 

Malheureusement, je ne peux pas publier de visuels des illustrations des livres à cause des droits d'auteur. Il vous faudra donc, si vous voulez utiliser les fiches des activités suivantes, acheter ces livres de manière à pouvoir les lire, évidemment, mais aussi de manière à pouvoir toujours associer chaque phrase étudiée à l'illustration qui s'y rapporte.

Rq: Il existe sur la page grammaire avec "Léon et le chaton", des activité similaires que vous pouvez utiliser directement, les fiches comportant les illustrations grâce au généreux travail de Francis Ray, graphiste.

Contenu de la page:

C'est un album intéressant pour démarrer ces activités d'analyse grammaticale parce que chaque image correspond à une ou deux actions de la part d'un ou plusieurs des quatre personnages de l'histoire. Pour les ados c'est un peu embêtant de travailler sur des albums avec des animaux. Cependant je n'ai rien trouvé d'exploitable dans la littérature pour ados. Dans cet album les animaux ont des activités d'adultes, ce qui le rend tout de même convenable. 

Ça raconte l'histoire d'un lapin qui trouve une graine de carotte et la fait pousser avec l'aide de ses amis (une taupe, un âne et un éléphant). À la fin ils arrachent ensemble la carotte géante et la mangent.

Une difficulté potentielle de l'album est que le nom du lapin est "Lapin", celui de la taupe (qui à priori est un garçon) est "Taupe", et pareil pour les autres personnages. Certains élèves peuvent être perturbés par ces noms communs détournés en noms propres, perdant leur article dans l'opération. Pour ces élèves j'ai fait des fichiers "bis" dans lesquels les sujets ne sont pas les noms des personnages mais les noms communs qui correspondent ("Le lapin,...")

Entourer le sujet en bleu et le verbe en rouge dans les phrases de la fiche.

Je ne peux malheureusement pas donner les fiches telles que je les ai faites pour les élèves à cause des illustrations. À l'origine les fiches étaient présentées de cette façon:

Le travail demandé:

Pour que l'élève puisse réaliser l'activité, on lui fournit la phrase découpée en étiquettes:

C'est la manipulation de ces étiquettes qui est le véritable objectif de l'activité.

L'élève reconstitue la phrase avec les étiquettes et ensuite il utilise les codes couleurs pour entourer comme il convient sur sa fiche. Les phrases seront découpées en seulement 2 ou 3 parties: le sujet, le verbe et le/les compléments s'il y en a. Il s'agit de mettre en valeur les groupes fonctionnels sujet et verbe, c'est tout. S'il y a plusieurs compléments on les laisse ensemble, ils feront l'objet d'activités spécifiques ultérieures. 

Rq: Dans un premier temps, pour la découverte de l'activité, on peut proposer comme aide  les phrases telles quelles, sans les découper en groupes fonctionnels.

Pour que l'élève puisse travailler en autonomie, on peut préparer des petites pochettes en papier dans lesquelles on place les étiquettes de chaque phrase:

Je mets dans les fichiers à télécharger les phrases sur lesquelles j'ai travaillé. Chaque illustration est associée à une ou deux phrases. Il est important que l'élève ait toujours sous les yeux l'illustration qui correspond à la phrase analysée pour que le travail soit structurant.  J'ai donc indiqué devant chaque phrase le numéro de l'illustration qui lui est associée. À vous de voir  quel moyen vous pourrez utiliser pour rapprocher les phrases des illustrations de l'album.

Remarque:  Les phrases sont toutes conçues sur le schéma sujet + verbe + éventuellement complément. L'élève va probablement très vite créer des automatismes: Le sujet est le premier mot et le verbe est le mot suivant. Il me semble que c'est inévitable pour que l'activité soit structurante. On cassera cet automatisme dans de futures activités, quand on aura naturellement un complément circonstanciel de temps à placer en premier.

Voici donc les fiches:

 

 

 

 

Je mets dans les fichiers à télécharger les phrases sur lesquelles j'ai travaillé. Chaque illustration est associée à une ou deux phrases. Il est important que l'élève ait toujours sous les yeux l'illustration qui correspond à la phrase analysée pour que le travail soit structurant.  J'ai donc indiqué devant chaque phrase le numéro de l'illustration qui lui est associée. À vous de voir  quel moyen vous pourrez utiliser pour rapprocher les phrases des illustrations de l'album.

Remarque:  Les phrases sont toutes conçues sur le schéma sujet + verbe + éventuellement complément. L'élève va probablement très vite créer des automatismes: Le sujet est le premier mot et le verbe est le mot suivant. Il me semble que ce n'est pas grave. On cassera cet automatisme dans de futures activités, quand on aura naturellement un complément circonstanciel de temps à placer en premier.

 

On peut évaluer les progrès de l'élève en lui proposant d 'écrire une phrase en rapport avec l'une des illustrations de l'histoire. Il faudra alors lui fournir un choix de sujets et de verbes parmi plusieurs. Pour les verbes on veillera à donner directement la bonne orthographe et à ne pas faire intervenir cette dimension dans le choix, juste le sens. La réponse pourra être écrite (ou collée si on utilise des étiquettes) sur la matrice mentale ci-dessus. Attention à ne pas demander ça trop tôt. Les activités sur Marius le chat qui sont sur le même modèle que l'activité précédente permettront de travailler longuement les notions.

Même chose que précédemment, mais cette fois avec un pronom pour sujet. On reprend les mêmes phrases, écrites avec les noms des personnages, puis juste en dessous, encore ces phrases, mais avec les pronoms sujets correspondants. Je ne suis pas fan de cette activité parce qu'elle est artificielle. Elle ne correspond à rien d'authentique dans une vraie communication, contrairement à l'activité 3, que je préfère nettement. Je la mets quand même pour le cas où elle serait une étape intermédiaire utile pour certains. Elle peut être un support pour rapprocher noms et pronoms de façon formelle. À ce moment là, il est préférable de faire réaliser les activité sur les pronoms qui sont ici avant de faire les fiches suivantes. Ces activités sur les pronoms pourront servir de référentiels pour la suite.

 

Remarque importante: Les activités 2 à 4 ne sont pas forcément judicieuses à faire à la suite de l'activité 1. Le livre "La carotte géante " se prête bien à l'étude des pronoms personnels sujets, c'est pourquoi j'ai fait ces ces activités, qui permettent de préparer l'entrée dans la conjugaison. Mais concernant l'étude des fonctions sujet et verbe dans la phrase simple, ça peut perturber la compréhension. Il peut être préférable d'enchaîner avec les activités sur les histoires de "Marius le Chat" qui sont sur le même modèle que l'activité 1 de "La carotte géante", et de revenir aux activités suivantes une fois les notions de sujet et de verbe bien acquises.

 

 

 

Les étiquettes à utiliser sont celles de l'activité 1, avec en plus celles de ce fichier:

 

Cette fois-ci les deux phrases forment un tout cohérent.

 

 

 

 

Le verbe et sa conjugaison au présent.

Rq: Il est préférable d'avoir fait préalablement des activités sur les pronoms sujets il, elle, ils et elles.

Pour commencer on peut faire remplir le tableau suivant: (les étiquettes à coller figurent sur la fiche)

 

On reprend maintenant les mêmes phrases que dans les activités précédentes, mais cette fois l'élève doit écrire la forme verbale qui convient:

Il faut évidemment donner un outil que l'élève pourra consulter pour trouver la forme verbale qui convient.

Encore une fois, c'est la manipulation de l'outil qui est le véritable objectif de l'activité.

Le cahier de verbes que vous trouverez ici a été conçu à cet effet. Vous y trouverez les référentiels à fournir à l'élève. 

Voici les fiches de travail:

(Dans la première fiche, le pronom qui convient est indiqué pour que l'élève n'ait qu'à se concentrer sur la recherche de la forme verbale.)

 

 

Les mêmes fiches mais cette fois sans le pronom correspondant écrit sous le sujet:

 

 

Et maintenant avec les couples de phrases de l'activité 3:

 

 

Les activités suivantes ont comme support les histoires de "Marius le chat", d'Erwin Moser, parues aux éditions Casterman. Chaque histoire est constituée de 6 pages, avec une illustration par page. Les histoires sont généralement assez séquentielles, et il y a peu d'implicite, je les trouve plutôt bien pour ces activités de grammaire. Chaque livre contient 4 histoires. Je pioche les histoires dans les deux livres suivants, "L'avion à plumes" et "La citrouille géante":

La méthodologie étant la même que pour les activités 1 et 4 de "La carotte géante", je ne la décris pas à nouveau, je ne donne ici que les fiches à utiliser. Si vous tombez sur cette page sans avoir vu d'abord la page de "La carotte géante", commencez par la lire.

   "L'avion à plumes".   

Première histoire du livre du même nom.

 

 

 

 

   "Où sont les freins?"   

Première histoire du livre "La citrouille géante".

 

 

 

 

 

  "Les pommes volantes".  

Deuxième histoire du livre "La citrouille géante".

 

Attention, avec cette histoire on introduit pour la première fois une phrase dont le sujet n'est pas le premier mot.

Voici les fiches:

 

 

 

 

  "La citrouille géante".  

Troisième histoire du livre du même nom.

 

 

 

 

  "La pêche aux surprises".  

Deuxième histoire du livre "L'avion à plumes".

 

Cette histoire n'est pas vraiment idéale pour cette activité, mais elle sera intéressante pour la suite, quand on verra les temps du passé et du futur, avec les compléments circonstanciels de temps. Du coup il est utile de la faire pour que l'élève se familiarise avec son contenu.

 

 

 

 

  "On croit rêver".  

Troisième histoire de "L'avion à plumes".

 

 

 

 

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - grammaire - Le sujet et le verbe en images

Publié le

 

Il s'agit de faire comprendre la logique de base de la phrase: ce dont je parle et ce que j'en dis. 

Dans un premier temps je ne propose que des phrases dont le prédicat est réduit au verbe.

La forme des activités proposées est dépendante des compétences de l'élève. Je propose ici des activités de niveau de difficulté croissant mais ça ne constitue pas forcément une progression linéaire. C'est plutôt un ensemble d'outils dans lesquels on peut piocher en fonction des besoins.

Les activités qui vont suivre sont prévues pour pouvoir être réalisées sans que l'élève n'ait à parler. Évidemment, chaque occasion de verbaliser est bonne à prendre, que ce soit une verbalisation de l'élève ou de l'adulte. Je veille cependant à ne pas mettre l'élève en difficulté. Les activités peuvent devenir des supports de petites activités orales. Par exemple, l'élève écrit une phrase avec  son matériel en se cachant de l'adulte, ensuite il vient lui faire lire sa phrase. L'adulte lit à haute voix. Un des élèves que j'ai accompagnés aimait beaucoup ça. Il éprouvait un grand plaisir à constater l'efficacité de sa production écrite.

Les fiches ne comportent pas de consignes, le mieux est de montrer le modèle. On peut commencer si besoin par faire recopier à l'identique une fiche déjà faite, ça laisse le temps à l'élève d'observer ce qu'il faut faire. (et ça nous permet aussi d'identifier les difficultés potentielles). Ensuite on redonne la même fiche et on pointe du doigt les éléments pertinents sur les référentiels pour guider la réponse. Dès qu'on voit que l'élève n'a plus besoin du pointage on peut le laisser faire seul.

Pour commencer, pour rendre l'exercice le plus clair possible, j'utilise comme sujets les prénoms des élèves de la classe (pas d'utilisations des pronoms sujets au départ dans les phrases), et comme verbes, des verbes d'action ne nécessitant pas de compléments. 

 

Point 1:

Je crée d'abord deux référentiels:

Français - grammaire - Le sujet et le verbe en images

Le référentiel "prénoms" est constitué des prénoms des élèves de la classe accompagnés de photos de leur visage.

Pour les verbes d'action j'utilise les images trouvées sur le site "Delfynus - Une maîtresse qui vous veut du bien" (ici). Merci à elle pour ces illustrations.

 

On peut commencer par familiariser l'élève avec le référentiel des prénoms des élèves de la classe de manière à éviter trop d'outils nouveaux en même temps. Pour ce faire, on peut créer un petit jeu de l'oie sur le principe des jeux créés par Bab sur son blog "Ma classe d'ados autistes", visibles ici. Merci à elle.

Voici une capture d'écran d'un des jeux qu'elle a créés:

 

Il s'agit donc de réaliser le même plateau de jeu avec les photos/noms des élèves à la place des photos/noms des aliments.

La règle du jeu est la suivante: (copiée depuis le site de Bab)

Règle du jeu : 

1 - Mettre son pion sur la case départ symbolisée par... des pions (bien sûr !).

2 - Lancer le dé.

3 - Avancer son pion du nombre de case(s) indiqué par le dé.

  - Quand on tombe sur un mot, on le lit et on va à l'image correspondante.

  - Quand on tombe sur une image, on reste là.

Si besoin, l'élève peut utiliser la feuille "référents" annexée au jeu.

4 - Pour gagner, il faut rejoindre la dernière case en premier.

(quand il y a une tête de mort, c'est parce que j'avais un nombre impair de cases... quand on tombe dessus, on revient au départ.)

Pour ceux à qui ça pourrait être utile, voici une piste de jeu vierge:

 

Une fois l'élève familiarisé avec le référentiel des élèves on peut commencer les activités avec les deux référentiels:

On colle des photos d'élèves de la classe sur les dessins des verbes d'action (ça peut être l'élève qui le fait), il faut ensuite écrire sur les lignes et dans les couleurs qui correspondent les mots qui conviennent. Si l'écriture est difficile, on peut faire coller des étiquettes sur lesquelles auront été écrits les mots. À ce moment là, il peut être utile à l'élève que l'appartenance des étiquettes au groupe bleu ou au groupe rouge soit matérialisée. 

 

Il y a deux fiches. On peut découper les bandes des deux fiches pour pouvoir fractionner le travail ou présenter les phrases dans des ordres différents.

Rq: Il y a un trait supplémentaire sans repères couleurs pour le cas où l'élève souhaiterait écrire un complément à la suite du sujet et du verbe (par exemple s'il veut écrire : "Arthur joue aux billes"). Rien n'empêche de compléter la phrase du moment qu'on ne tente pas d'expliquer ce qu'est ce complément. 

 

 

Les mêmes fiches, mais sans les lignes avec repères couleurs pour ceux à qui ces repère ne conviendraient pas et pour qui il faudrait faire différemment:

 

 

On peut également faire réaliser le travail inverse. On écrit une phrase dans les repères couleur et l'élève sélectionne les images à coller parmi les photos des élèves et les images des verbes:

 

 

 

Voici quelques images de verbes retravaillées pour pouvoir faire des phrases avec des sujets pluriels:

 

Ces images sont plus grandes que les autres pour garder un emplacement de taille convenable pour les photos des élèves. Du coup on ne peut pas les utiliser sur les supports précédents.

Point 2:

On peut proposer les mêmes activités, mais cette fois-ci on ne met plus la photo de l'élève sur l'image du verbe. On juxtapose les deux images, ce qui permettra ensuite de pouvoir travailler sur des phrases plus variées.

 

Pour des élèves qui auraient du mal à s'y retrouver dans les référentiels ou à mémoriser l'emplacement de l'élément sélectionné pour l'activité de copie du mot, on peut présenter le référentiel de cette façon (sur la photo les mots ne sont pas écrits, mais ils le sont sur le fichier à télécharger):

 

L'élève peut déplacer le cache sur la bande pour sélectionner l'élément pertinent, celui-ci restera pointé tant qu'on n'y touchera pas.

On colle les verbes sur une grande bande de papier Canson (je prends du format Raisin pour que ce soit assez long), de 4 cm de large.

On bricole deux caches dans du plastique transparent de couleur, un cache rouge pour les verbes et un bleu pour les sujets. J'utilise pour ça des chemises élastiquées en plastique, c'est idéal. Il faut juste bien arrondir les angles parce que sinon ça pique un peu. Les caches sont faits selon ces cotes: 

 

La fiche à imprimer pour les verbes est par conséquent différente:

 

Idem pour les photos des élèves, pour lesquelles voici une trame qui pourra vous être utile:

 

Revenons aux activités de ce point 2.

Voici les fichiers pour ces activités:

Pour la production écrite ou le collage d'images en rapport avec une phrase préalablement écrite, 3 fiches avec + ou - de guidance:

 

La même fiche sans les repères pour la production écrite:

 

Les images des verbes à découper:

 

Une fois l'élève à l'aise avec ces activités très guidées, on peut faire écrire une phrase à partir d'une image représentant une scène que l'on peut décrire avec un sujet connu et un verbe connu. Par exemple on peut prendre une photo d'un autre élève en train de boire, et demander à l'élève d'écrire la phrase qui correspond. Ces activités plus proches de la réalité et du quotidien sont à mon sens très utiles pour sortir du contexte de la fiche et aider à la généralisation. Il faudra veiller au départ à bien rester sur la 3ème personne (singulier, ou pluriel quand on est passé au point 4) tant qu'on n'a pas vu les autres pronoms sujets, qui sont beaucoup plus compliqués puisqu'ils n'ont pas le même sens selon qu'on les dit ou qu'on les entend. Donc pas de photos de l'élève lui même en train de faire une action.

Pour ces productions, voici une page de lignes qui pourra peut-être être utile à certains:

 

Point 3:

Une fois l'élève à l'aise avec ces premiers verbes et sujets, on peut modifier la présentation des référentiels pour préparer la suite. Les vignettes ne sont plus regroupées sur une simple fiche, mais sont découpées et collées dans le carnet répertoire qui convient:

 

On peut aussi utiliser des classeur avec des intercalaires alphabétiques. L'important est que l'élève dispose d'un outil qui l'aidera à intégrer mentalement le classement grammatical sujet/verbe. C'est l'utilisation répétée de cet outil qui favorisera cette intégration.

Si l'élève est prêt, on peut coller directement les verbes conjugués présentés au point 4.

On peut maintenant diversifier les mots en fonction des centres d'intérêts et des envies de l'élève. Le classement alphabétique va lui permettre de s'y retrouver malgré le nombre plus important d'éléments dans le référentiel.

Pour les élèves qui auraient du mal à trouver seuls l'initiale des mots à chercher, on peut écrire la lettre pertinente sous les images quand on prépare la fiche qu'on va donner. 

Rq: Difficile de savoir s'il faut ranger un verbe comme "se réveiller" à la lettre "R" ou à la lettre "S". Il me semble que ça dépend de la perception de l'élève et que c'est l'observation de sa stratégie de recherche spontanée qui apportera la réponse.

Un inconvénient des carnets est que l'élève n'a plus de vision d'ensemble des options dans lesquelles il peut choisir lorsqu'il veut par exemple inventer lui -même une phrase. Pour ces activités de production moins formalisées, Il peut être utile d'avoir une feuille sur laquelle sont représentés les principaux mots de chaque carnet, avec ou sans l'initiale du mot selon les compétences de l'élève. Les mots pourront être classés par catégories. 

Les fiches d'exercice à utiliser sont les mêmes que celles du point 3.

Quand on diversifie les mots on se retrouve très vite confronté à deux problèmes, les sujets pluriels et les verbes qui s'accompagnent obligatoirement ou logiquement d'un complément. 

Pour les compléments on pourra les répertorier au fur et à mesure qu'on les rencontre, sur une fiche ou sur un troisième cahier, blanc, sans mention particulière, dans lequel l'élève pourra les retrouver en cas de besoin. Si un mot a été complément à un moment et sujet à un autre, il est dans les deux cahiers. L'élève peut constater qu'un même mot peut avoir différentes fonctions.

Pour le sujet pluriel:

Point 4:

Pour répondre aux nouveaux besoins occasionnés par l'arrivée des sujets pluriels, on remplace dans le référentiel les vignettes précédentes par celles-ci:

Avec ce référentiel, l'élève peut se familiariser avec la conjugaison telle qu'on la présente habituellement tout en disposant des outils nécessaires pour remplir les fiches de travail.

La représentation du verbe comme étant un mot qui se conjugue est essentielle pour pouvoir par la suite intégrer dans le concept de verbe ceux qui ne sont pas des verbes d'action.

Rq: pour un élève qui est déjà habitué aux tableaux de conjugaison, cette présentation peut être intéressante pour visualiser que le pronom sujet ne fait pas partie du verbe (pas forcément évident à percevoir).

Le référentiel est décliné en plusieurs versions: en minuscules ou en majuscules, avec encadrements ou sans pour ceux qui sont le plus à l'aise.

 

 

 

 

Pour mieux se familiariser à l'outil, on peut proposer à l'élève de copier des conjugaisons pendant ses temps en autonomie. Les fiches sont écrites en minuscules ou en majuscules. Il faudra penser à compléter le "J" pour en faire un "J' " ou un "Je" selon le cas.

 

 

On pourra rajouter dans les carnets répertoires les conjugaisons des autres verbes à la main. Il faudra alors reproduire les repères. (coloriage et cadres si utilisés). 

Voici les fiches pour les activités. Une série de fiches avec deux photos d'élèves à coller pour avoir un sujet pluriel et avec plus ou moins de guidance:

 

 

 

 

 

Et deux nouvelles fiches pour sujet singulier, avec guidance supplémentaire:

 

 

Il me semble important de ne pas mélanger dès le début les situations avec des sujets singuliers aux situations avec des sujets pluriels. Il me paraît préférable d'attendre que les fiches avec sujet pluriel soient devenues faciles. 

Publié dans Français, Grammaire

Partager cet article
Repost0

Français - Jeu de déplacement dans la maison pour travailler le sens des pronoms "je", "tu", "on" et "nous".

Publié le

 

Le jeu se joue à deux, avec le matériel suivant:

  • Le plan d'une maison dans laquelle vont se déplacer les pions des joueurs: 

 

  • Des cartes à tirer au hasard sur lesquelles sont écrits les déplacements à faire: (les cartes sont à imprimer en plusieurs exemplaires pour qu'il y ait plusieurs cartes de chaque dans les piles de cartes à tirer.)

 

  • Une piste de jeu:

 

  • Une guidance pour chacun des joueurs: (Les personnages ont été travaillés à partir d' images trouvées ici, sur le site "Lutin bazar")

 

Un espace libre est laissé pour pouvoir coller une photo de l'élève si besoin:

 

Cette guidance existe également en version fille/garçon, garçon/fille et fille/fille:

 

 

 

  • Chaque joueur dispose de deux jetons de couleur identique. Le pion principal se déplace sur le plan de la maison, le second jeton se déplace sur la piste de jeu.

 

Fonctionnement du jeu:

 

Les joueurs sont placés face à face.

Chaque joueur place son pion principal dans une des pièce de la maison, celle de son choix. Son deuxième pion est placé sur la case départ de la piste de jeu. Sa guidance personnelle est placée devant lui, pliée en deux, de sorte qu'il suffit de tourner la feuille d'un côté ou de l'autre pour que la face pertinente soit visible. 

- Le premier joueur tire une carte "je" et lit la phrase qui est écrite à haute voix. Il déplace son pion de case en case sur le plan de la maison pour se rendre dans la pièce indiquée par la carte. (On ne peut passer d'un pièce à l'autre qu'en suivant le chemin matérialisé par les ouvertures dans les cloisons.). Il compte le nombre de pièces franchies et fait avancer son second pion sur la piste du même nombre de cases. (La piste donne des limites temporelles au jeu et permet de déterminer un vainqueur).

- On retourne les guidances, et c'est au deuxième joueur de tirer une carte.

Une fois que chaque joueur a tiré une carte "je", on recommence avec une carte "tu". Lorsque le joueur dit par exemple: "Tu vas dans la cuisine", il ne doit pas déplacer son pion, c'est son camarade qui déplace son propre pion et répercute son déplacement sur la piste de jeu, comme s'il avait pris le tour. 

Ainsi, chaque joueur doit être attentif à ce que dit son camarade et doit agir en fonction.

Si un élève ne sait pas ce qu'il doit faire, l'adulte pointe la case qui correspond sur la guidance.

Remarques:

- Dans un premier temps on ne propose que les cartes "je" et "tu". Une fois les élèves à l'aise, on peut proposer "on", qui est plus pertinent que "nous" puisque très utilisé dans le langage oral. J'ai tout de même fait les cartes et les guidances pour "nous", mais il me semble que ce n'est pas judicieux de le travailler avec ce jeu. Personnellement je suis restée sur "on" avec les élèves que j'ai accompagnés.

- Le plan de la maison a été fait spécialement pour que ce jeu puisse être utilisé par tous facilement. À l'origine, j'avais utilisé le plan de l'établissement scolaire dans lequel je travaillais. Ça avait l'avantage de travailler en même temps la représentation de ce lieu de vie de l'élève. On peut facilement réaliser un plan tout simple de l'école et les cartes à tirer qui correspondent. il me semble que le jeu est plus attractif et plus productif de cette façon, quand c'est accessible pour l'élève.

Publié dans jeux, Français, Langage

Partager cet article
Repost0