Français - grammaire - Le sujet et le verbe en images

 

Il s'agit de faire comprendre la logique de base de la phrase: ce dont je parle et ce que j'en dis. 

Dans un premier temps je ne propose que des phrases dont le prédicat est réduit au verbe.

La forme des activités proposées est dépendante des compétences de l'élève. Je propose ici des activités de niveau de difficulté croissant mais ça ne constitue pas forcément une progression linéaire. C'est plutôt un ensemble d'outils dans lesquels on peut piocher en fonction des besoins.

Les activités qui vont suivre sont prévues pour pouvoir être réalisées sans que l'élève n'ait à parler. Évidemment, chaque occasion de verbaliser est bonne à prendre, que ce soit une verbalisation de l'élève ou de l'adulte. Je veille cependant à ne pas mettre l'élève en difficulté. Les activités peuvent devenir des supports de petites activités orales. Par exemple, l'élève écrit une phrase avec  son matériel en se cachant de l'adulte, ensuite il vient lui faire lire sa phrase. L'adulte lit à haute voix. Un des élèves que j'ai accompagnés aimait beaucoup ça. Il éprouvait un grand plaisir à constater l'efficacité de sa production écrite.

Les fiches ne comportent pas de consignes, le mieux est de montrer le modèle. On peut commencer si besoin par faire recopier à l'identique une fiche déjà faite, ça laisse le temps à l'élève d'observer ce qu'il faut faire. (et ça nous permet aussi d'identifier les difficultés potentielles). Ensuite on redonne la même fiche et on pointe du doigt les éléments pertinents sur les référentiels pour guider la réponse. Dès qu'on voit que l'élève n'a plus besoin du pointage on peut le laisser faire seul.

Pour commencer, pour rendre l'exercice le plus clair possible, j'utilise comme sujets les prénoms des élèves de la classe (pas d'utilisations des pronoms sujets au départ dans les phrases), et comme verbes, des verbes d'action ne nécessitant pas de compléments. 

 

Point 1:

Je crée d'abord deux référentiels:

Français - grammaire - Le sujet et le verbe en images

Le référentiel "prénoms" est constitué des prénoms des élèves de la classe accompagnés de photos de leur visage.

Pour les verbes d'action j'utilise les images trouvées sur le site "Delfynus - Une maîtresse qui vous veut du bien" (ici). Merci à elle pour ces illustrations.

 

On peut commencer par familiariser l'élève avec le référentiel des prénoms des élèves de la classe de manière à éviter trop d'outils nouveaux en même temps. Pour ce faire, on peut créer un petit jeu de l'oie sur le principe des jeux créés par Bab sur son blog "Ma classe d'ados autistes", visibles ici. Merci à elle.

Voici une capture d'écran d'un des jeux qu'elle a créés:

 

Il s'agit donc de réaliser le même plateau de jeu avec les photos/noms des élèves à la place des photos/noms des aliments.

La règle du jeu est la suivante: (copiée depuis le site de Bab)

Règle du jeu : 

1 - Mettre son pion sur la case départ symbolisée par... des pions (bien sûr !).

2 - Lancer le dé.

3 - Avancer son pion du nombre de case(s) indiqué par le dé.

  - Quand on tombe sur un mot, on le lit et on va à l'image correspondante.

  - Quand on tombe sur une image, on reste là.

Si besoin, l'élève peut utiliser la feuille "référents" annexée au jeu.

4 - Pour gagner, il faut rejoindre la dernière case en premier.

(quand il y a une tête de mort, c'est parce que j'avais un nombre impair de cases... quand on tombe dessus, on revient au départ.)

Pour ceux à qui ça pourrait être utile, voici une piste de jeu vierge:

 

Une fois l'élève familiarisé avec le référentiel des élèves on peut commencer les activités avec les deux référentiels:

On colle des photos d'élèves de la classe sur les dessins des verbes d'action (ça peut être l'élève qui le fait), il faut ensuite écrire sur les lignes et dans les couleurs qui correspondent les mots qui conviennent. Si l'écriture est difficile, on peut faire coller des étiquettes sur lesquelles auront été écrits les mots. À ce moment là, il peut être utile à l'élève que l'appartenance des étiquettes au groupe bleu ou au groupe rouge soit matérialisée. 

 

Il y a deux fiches. On peut découper les bandes des deux fiches pour pouvoir fractionner le travail ou présenter les phrases dans des ordres différents.

Rq: Il y a un trait supplémentaire sans repères couleurs pour le cas où l'élève souhaiterait écrire un complément à la suite du sujet et du verbe (par exemple s'il veut écrire : "Arthur joue aux billes"). Rien n'empêche de compléter la phrase du moment qu'on ne tente pas d'expliquer ce qu'est ce complément. 

 

 

Les mêmes fiches, mais sans les lignes avec repères couleurs pour ceux à qui ces repère ne conviendraient pas et pour qui il faudrait faire différemment:

 

 

On peut également faire réaliser le travail inverse. On écrit une phrase dans les repères couleur et l'élève sélectionne les images à coller parmi les photos des élèves et les images des verbes:

 

 

 

Voici quelques images de verbes retravaillées pour pouvoir faire des phrases avec des sujets pluriels:

 

Ces images sont plus grandes que les autres pour garder un emplacement de taille convenable pour les photos des élèves. Du coup on ne peut pas les utiliser sur les supports précédents.

Point 2:

On peut proposer les mêmes activités, mais cette fois-ci on ne met plus la photo de l'élève sur l'image du verbe. On juxtapose les deux images, ce qui permettra ensuite de pouvoir travailler sur des phrases plus variées.

 

Pour des élèves qui auraient du mal à s'y retrouver dans les référentiels ou à mémoriser l'emplacement de l'élément sélectionné pour l'activité de copie du mot, on peut présenter le référentiel de cette façon (sur la photo les mots ne sont pas écrits, mais ils le sont sur le fichier à télécharger):

 

L'élève peut déplacer le cache sur la bande pour sélectionner l'élément pertinent, celui-ci restera pointé tant qu'on n'y touchera pas.

On colle les verbes sur une grande bande de papier Canson (je prends du format Raisin pour que ce soit assez long), de 4 cm de large.

On bricole deux caches dans du plastique transparent de couleur, un cache rouge pour les verbes et un bleu pour les sujets. J'utilise pour ça des chemises élastiquées en plastique, c'est idéal. Il faut juste bien arrondir les angles parce que sinon ça pique un peu. Les caches sont faits selon ces cotes: 

 

La fiche à imprimer pour les verbes est par conséquent différente:

 

Idem pour les photos des élèves, pour lesquelles voici une trame qui pourra vous être utile:

 

Revenons aux activités de ce point 2.

Voici les fichiers pour ces activités:

Pour la production écrite ou le collage d'images en rapport avec une phrase préalablement écrite, 3 fiches avec + ou - de guidance:

 

La même fiche sans les repères pour la production écrite:

 

Les images des verbes à découper:

 

Une fois l'élève à l'aise avec ces activités très guidées, on peut faire écrire une phrase à partir d'une image représentant une scène que l'on peut décrire avec un sujet connu et un verbe connu. Par exemple on peut prendre une photo d'un autre élève en train de boire, et demander à l'élève d'écrire la phrase qui correspond. Ces activités plus proches de la réalité et du quotidien sont à mon sens très utiles pour sortir du contexte de la fiche et aider à la généralisation. Il faudra veiller au départ à bien rester sur la 3ème personne (singulier, ou pluriel quand on est passé au point 4) tant qu'on n'a pas vu les autres pronoms sujets, qui sont beaucoup plus compliqués puisqu'ils n'ont pas le même sens selon qu'on les dit ou qu'on les entend. Donc pas de photos de l'élève lui même en train de faire une action.

Pour ces productions, voici une page de lignes qui pourra peut-être être utile à certains:

 

Point 3:

Une fois l'élève à l'aise avec ces premiers verbes et sujets, on peut modifier la présentation des référentiels pour préparer la suite. Les vignettes ne sont plus regroupées sur une simple fiche, mais sont découpées et collées dans le carnet répertoire qui convient:

 

On peut aussi utiliser des classeur avec des intercalaires alphabétiques. L'important est que l'élève dispose d'un outil qui l'aidera à intégrer mentalement le classement grammatical sujet/verbe. C'est l'utilisation répétée de cet outil qui favorisera cette intégration.

Si l'élève est prêt, on peut coller directement les verbes conjugués présentés au point 4.

On peut maintenant diversifier les mots en fonction des centres d'intérêts et des envies de l'élève. Le classement alphabétique va lui permettre de s'y retrouver malgré le nombre plus important d'éléments dans le référentiel.

Pour les élèves qui auraient du mal à trouver seuls l'initiale des mots à chercher, on peut écrire la lettre pertinente sous les images quand on prépare la fiche qu'on va donner. 

Rq: Difficile de savoir s'il faut ranger un verbe comme "se réveiller" à la lettre "R" ou à la lettre "S". Il me semble que ça dépend de la perception de l'élève et que c'est l'observation de sa stratégie de recherche spontanée qui apportera la réponse.

Un inconvénient des carnets est que l'élève n'a plus de vision d'ensemble des options dans lesquelles il peut choisir lorsqu'il veut par exemple inventer lui -même une phrase. Pour ces activités de production moins formalisées, Il peut être utile d'avoir une feuille sur laquelle sont représentés les principaux mots de chaque carnet, avec ou sans l'initiale du mot selon les compétences de l'élève. Les mots pourront être classés par catégories. 

Les fiches d'exercice à utiliser sont les mêmes que celles du point 3.

Quand on diversifie les mots on se retrouve très vite confronté à deux problèmes, les sujets pluriels et les verbes qui s'accompagnent obligatoirement ou logiquement d'un complément. 

Pour les compléments on pourra les répertorier au fur et à mesure qu'on les rencontre, sur une fiche ou sur un troisième cahier, blanc, sans mention particulière, dans lequel l'élève pourra les retrouver en cas de besoin. Si un mot a été complément à un moment et sujet à un autre, il est dans les deux cahiers. L'élève peut constater qu'un même mot peut avoir différentes fonctions.

Pour le sujet pluriel:

Point 4:

Pour répondre aux nouveaux besoins occasionnés par l'arrivée des sujets pluriels, on remplace dans le référentiel les vignettes précédentes par celles-ci:

Avec ce référentiel, l'élève peut se familiariser avec la conjugaison telle qu'on la présente habituellement tout en disposant des outils nécessaires pour remplir les fiches de travail.

La représentation du verbe comme étant un mot qui se conjugue est essentielle pour pouvoir par la suite intégrer dans le concept de verbe ceux qui ne sont pas des verbes d'action.

Rq: pour un élève qui est déjà habitué aux tableaux de conjugaison, cette présentation peut être intéressante pour visualiser que le pronom sujet ne fait pas partie du verbe (pas forcément évident à percevoir).

Le référentiel est décliné en plusieurs versions: en minuscules ou en majuscules, avec encadrements ou sans pour ceux qui sont le plus à l'aise.

 

 

 

 

Pour mieux se familiariser à l'outil, on peut proposer à l'élève de copier des conjugaisons pendant ses temps en autonomie. Les fiches sont écrites en minuscules ou en majuscules. Il faudra penser à compléter le "J" pour en faire un "J' " ou un "Je" selon le cas.

 

 

On pourra rajouter dans les carnets répertoires les conjugaisons des autres verbes à la main. Il faudra alors reproduire les repères. (coloriage et cadres si utilisés). 

Voici les fiches pour les activités. Une série de fiches avec deux photos d'élèves à coller pour avoir un sujet pluriel et avec plus ou moins de guidance:

 

 

 

 

 

Et deux nouvelles fiches pour sujet singulier, avec guidance supplémentaire:

 

 

Il me semble important de ne pas mélanger dès le début les situations avec des sujets singuliers aux situations avec des sujets pluriels. Il me paraît préférable d'attendre que les fiches avec sujet pluriel soient devenues faciles. 

Publié dans Français

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :